Ecrire l’enfance, écrire le temps

A partir

de la vidéo suivante (9mn),

écrire un petit texte qui commence par “L’enfant”

http://www.dailymotion.com/video/xpiu7l_velodrome_shortfilms

Publicités

5 réflexions sur “Ecrire l’enfance, écrire le temps

  1. l’enfant est là debout
    il est au présent
    il vit le présent
    entre guillemets
    dans cet infini espace
    qui s’intercale
    entre futurs et passés
    juxtaposés
    l’enfant roule
    comme le temps
    qui le rattrape
    et qui s’étire
    le temps n’est plus
    l’enfant est là debout
    il vit le moment
    il est le présent
    qui chemine
    paradoxe de l’instant
    recomposé

  2. L’enfant qu’il a été, ressurgit de l’inconscient, prend possession de l’instant, lui fait perdre pied avec l’existence et la réalité qui l’entoure. Un court instant, il est l’enfant qu’il a été.

  3. Enfant en roue
    Libre en apparence
    Révolution de l’enfance
    Autour d’abîmes et de néant
    Dépendance et possibles
    Format dicté
    Mais par qui ?
    Argile, poreux, friable
    Réceptacle de l’ennui
    Fossile en devenir
    Faculté d’oubli
    Qui le rend libre
    Qui l’asservit
    Lui donnera-t-on sa chance
    Dont-on la lui donner
    Et on, c’est qui ?
    Roc vacillant
    Mais roc quand même
    Qui, toujours dans le néant
    S’en éloigne à grand pas
    Ignore l’obscurité
    La vie devant lui
    Désarmant enchaîné
    Libre comme l’air…

  4. l’Enfant sommeille en chacun de nous, mais il est là, il veille, il est bon de le réveiller souvent pour se souvenir d’où l’on vient et ce qu’il ne faut pas devenir jamais : un air aigri et brutal, qui ne sait plus rêver ni lever les yeux au ciel, qui ne sait plus s’extasier devant une vitrine de noël, devenir Sérieux au point de se croire être une intelligence suprême.
    Erreur l’enfant c’est notre lumière, la lueur à ne jamais perdre de vu ! Celui qui perd l’enfant se perd à lui-même

  5. L’enfant est notre avenir, la vie que nous lui offrons est la réplique de son futur de ce qu’il aura a offrir dans les années à venir. L’enfant est une éponge, il absorbe nos erreurs comme nos prouesses qu’il restitura ce qui nous surprendra.L’enfant est un trésor qui ne pardonne rien.

Ecrire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s