Pour inventer un bestiaire en philosophie….

La contribution

demandée à chacun

est un petit texte décrivant

trois ou quatre types de personnes,

chacune étant représentée par un animal.

Le résultat collectif est un véritable bestiaire

en forme de petit zoo philosophique,

alimenté par vos observations

‘inventivité de chacun

Publicités

5 réflexions sur “Pour inventer un bestiaire en philosophie….

  1. Comme le cygne, elle était pleine de grâce quand elle dansait, elle paraissait si frêle et fragile sur ses pointes et son tutu rose.
    Il avait l’œil d’un lynx pour percevoir dans cet environnement obscur tout ce qui s’y cachait, tout y était si mystérieux et secret.

    Rusé comme le serpent, il cherchait sa prochaine proie, pour satisfaire ses désirs et ses instincts sanguinaires.

    L’esprit vif comme l’aigle, il s’élançait à corps perdu pour atteindre
    son but final et obtenir la victoire.

  2. C’était l’aube. Le petit lézard venait de se frayer à la hâte un chemin au sein de la pieuvre dont il partageait l’existence depuis quelques mois. C’était chaque fois un jeu tragique, car s’il ne prenait garde, il se ferait happer, engloutir, écarteler, serrer comme un boa, lui, le petit lézard dans cette forêt de tentacules virtuelles.
    – Bonne journée, mon chéri !
    Une quinzaine de minutes plus tard, il arriverait au studio de la matinale, où il déblatérerait tel un mainate un petit texte, condensé de ses pensées, de ce qu’il faut penser, de ce qui se pense, à propos du dernier scandale politique en date, celui qui avait amené un avatar public à se suicider en direct sur un plateau de télé. L’intéressé, de lion rugissant parmi la meute, s’était mué en chien solitaire. Tragique, ici aussi, encore qu’il y en ait de sympathiques. Sur un autre plateau, l’autre jour, j’ai vu un pitbull aux dents acérées débattre avec un rottweiler qui voulait se faire aussi teigneux que lui. Perso, ce sont les bâtards qui ont ma préférence. Peut-être ne paient-ils pas de mine, mais comme ils n’ont rien à prouver, aucun lignage à défendre gueule et griffes, ils peuvent manifester cette espèce de détachement qui les rend si attachants, sans pour autant devenir hautains.
    Voilà, le petit texte avait été transformé en ondes. Comment les mouches le reçurent est une autre affaire. Au foyer, pendant ce temps, sa compagne essayait de convaincre son petit d’homme de sortir des bras de Morphée, en l’occurrence un gros ours en peluche qui ne lui voulait, pensait-il, que du bien. Quelques minutes auparavant, la concierge de l’immeuble était venue frapper à leur porte. Au fait de tout événement qui importe comme de tout autre qui n’importe pas dans sa chasse gardée, autant au moins que ne peut l’être une araignée de tout événement qui agite le moindre millimètre de sa toile, elle s’était plainte de ce que le petit singe avait encore une fois, avec une poignée d’amis, taggé d’un A encerclé le hall de l’immeuble. C’est qu’ils deviennent de plus en plus précoces !
    « Mes chers compatriotes »… Quelqu’un avait allumé la télé, et le roi de la ruche s’apprêtait à son tour à débiter un discours que tout le monde imaginait aussi convenu que les précédents. « La reine et moi pensons que le moment est venu de passer le flambeau à la nouvelle génération »…

    Suggestions : Life of Pi, The Golden Compass

  3. je suis rentrée dans cette salle d’attente, au début le sourire aux levres, « bonjour messieurs dames » !
    et puis le temps s’allongea comme un elastique ! et la les quatres personnes qui etaient bien assises autour de la piece avec la petite table de magasines au milieu, commencaient a s’agiter, leurs pieds croisés puis décroisés, raclement de la gorge, et autre signes d’impatience pour des gens qu’on appelle des patients !
    alors c’est ainsi que …observant ces personnes, je m’évadai,
    il y avait une dame aux cheveux gris maintenu en chignon avec des petits yeux persant qui allaient de gauche a droite, son nez courbé un peu comme un bec d’oiseau, et une minuscule bouche rosée ! sous sons visage rond un double menton qui bloblotait, oui je sais cela a l’air risible, et sous l’enervement de la venue du docteur qui dirait, « au suivant » la petite dame, remuait sa tete, a la maniere d’un oiseau, c’est la que je me suis dit, on dirait un pigeon !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    a coté d’elle, de larges épaules qui l’a touchait presque, des bras fort, et des jambes bien posées sur le sol, son visage simiesque semblait impertubable, il ne bougeait pas, sauf pour se gratter derriere les oreilles, des toutes petites oreilles, il me regarda un instant se sentant observer, alors je baissai les yeux en les relevant tout doucement pour me dire, hum on dirait un gorille
    en face de moi à moitié allongé les jambes tendues et les pieds l’un par dessus l’autre,avec sur le visage un rayon de soleil qui passait par la fenetre , j’observai ce jeune homme, tout sec d’aspect , tout maigre, ne bougeant pas, son dos etait pres du radiateur, d’un seul coup il ouvrait un oeil puis le refermait, je m’approchai pour prendre un magasine et je m’attendais que cela le reveille, mais non meme pas, j’aime meme reposé le magasine assez fort sur la table, mais non impertubable il ne bougeait pas de sa chaise bien au chaud calé, il me fit penser a un lézard
    et la sur ma gauche, un gloussement, cela attira mon attention et celle des autres, sauf le warran enfin le lézard, et là une jeune femme aux cheveux hirsute , une sorte de chignon en petard couleur or, une tete avec un long cou et des lunettes toutes rondes, la voila qui s’agite, qui se leve, et qui avec ses grandes jambes maigres fait les cent pas, pour nous dire avec une voix aigue, c’est po possible c’est po possible, et la voila parti avec son chale sur ses épaules un peu comme des grandes ailes,
    la porte a claqué derriere elle, et la porte s’est aussi ouverte peu de temps apres, c’etait le docteur qui disait au suivant, seulement la grue cendrée venait de partir, c’etait donc chouette mon tour !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    chouette’ ? j’ai dis chouette ?
    je ne sais pas si je ressemble a cet oiseau nocturne, mais toujours est il que je suis venue pour parler de mes insomnies au médecin

    chouette’ ? j’ai dis chouette ?
    je ne sais pas si je ressemble a cet oiseau nocturne, mais toujours est il que je suis venue pour parler de mes insomnies au médecin

  4. Rêverais-je encore de ce mugichien
    Qui apportait tant de sourires à mes songes
    Qui se promenait dans mes pensées sans mensonges
    Reverrais-je de nouveau cette homme-chien qui avancer dans sa vie sans rien

    Le petit rouge gorge pianotant des
    notes acidulées entourées d’autres ailés
    Savourant des instants non volés
    avec des fa et des mi zozotés
    Sans jammer les notes des ailés qui l’entouraient sans zozoter

    Elle était toute bringuebalante accompagné de ses ouettes, chère louvette
    Elle, petite louve, était plein d’entrain et le brin sans dédain,
    Elle avait le sourire d’être et de passer avec ses couettes oubliées,
    Quels sourires avait-elle repoussé pour devenir une fille des villes sautant à pieds joints dans le pavé et les marres de vies

    Animé par l’amour de la mer
    Grandissant grace aux flots
    Animant les chants amers
    Grelottant d’amour des mots

    Animant les vers des flots
    Grandit des maux des mots
    Animé des vents des clapotis
    Guéri de l’amour si souvent mal loti

    Il était arrivé en Albatros de sa vie

  5. (Je n’ai pas étudié le sujet, mais c’est un petit pointage dans ma mémoire de ce que j’ai pu relever au grès de lecture, etc)

    Un premier animal (en plusieurs)
    – la grand-mère bonobos (Elle s’attaquera aux prédateurs pour la survie du groupe en protégeant les jeunes mères et les rares mâles)
    – la mère alouette des champs (Elle fera semblant d’être blessée pour attirer sur elle les prédateurs et les détourner de ses petites)
    – il doit y avoir d’autres animaux qui se comportent ainsi ???? en plus de toutes les mères mammifères ….

    Les félins autres que les lions :
    – défense du territoire, indépendance apparente. bien que dépendance totale de ses proies et des autres mêmes félins pour la survie de sa race …

    (je viens de relire la question …. je suis complétement ‘à coté’ de l’énoncé de la question. Je repasserai ! 😉 )

Ecrire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s