Qu’y a-t-il?

Tout dire d’un mot

ou de quelque mots seulement

c’est un défi…

pourquoi ne pas le relever?

5 réflexions sur “Qu’y a-t-il?

  1. Comédien, comédienne.

    Qu’est-ce qui pousse l’enfant, le garçon, l’adolescent, l’homme jeune à être attiré par le jeu du théâtre ? Il lui faut d’abord aimer les mots. Les histoires. Il lui faut aimer un univers. Jouer cet univers. Enfant, on imagine une histoire, et puis, on la joue, que ce soit dans sa tête, d’abord, puis, dans sa chambre, en miniature, avec des blocs, des legos, des poupées, et puis soi, en se déguisant.

    On devient la comédienne Isabelle, dans Le Capitaine Fracasse, Ou Gertude, en vert et noir. L’enfant ne sait pas encore qu’il est l’auteur, le réalisateur, l’ombreur et le théâtre de son monde intérieur. Il se joue. Il se dessine. Il s’écrit – quand ses capacités d’apprentissage le lui permettent. Un jour, à l’école, il a bien envie de jouer dans un tableau vivant. De jouer dans la pièce de théâtre.

    L’ado, elle, a aussi envie de jouer. Comment jouer une pièce où il y a des filles et des garçons quand on n’est que des filles? Faudra-t-il embrasser une autre fille que soi -comme si elle était un garçon?
    Et puis, les pièces deviennent de vraies pièces: Mesure pour Mesure. La Nuit des Rois. Comédien, comédienne. La cousine fabuleuse et belle que l’on aime et admire d’un amour impossible, apparaît soudain, déguisée en princesse de la Renaissance. Silhouette rouge et claudiquante, parce qu’elle s’est fait une entorse en tombant dans les escaliers du Collège. On ne peut imaginer à quel point sa prestation est un effort incommensurable sur elle-même. Elle est en proie à la souffrance physique – celle-là guérira, bien sûr, et à une souffrance mentale qui lui saccage sa vie.
    Ce que j’ignorerai de longtemps.

    Mais le comédien qui naît. Qui vagit, dans son berceau. Alors que tu as treize ans. Et que vos destins se noueront, un jour, tu ne sais pas comment, comment va-t-il y venir ? Fréquentera-t-il une Académie? Un Conservatoire? Qu’aimera-t-il le plus jouer ? Ou lire ? La Fontaine ? Montaigne ? Erasme? Fassbinder? Racine? Molière? Et les utilités, quand il devra incarner un petit flic maladroit, mais bon tireur, qui va assassiner une pauvre victime? Tout dire de ce mot, comédien, comédienne.

    Et mourir – presque en scène comme Molière.

    A moins qu’on opère sa sortie, pour pouvoir vivre?

    Est-ce une trahison que d’abandonner le théâtre? Et d’embrasser un tout autre métier ? Qu’est-ce que l’on garde de soi – un regard doux? Une sincérité? La volonté d’arriver? D’être aimé? Un soir? Et puis, à aucun autre moment ? Quel parcours vous a amené là? Vous a fait faire d’autres études, oubliant ce premier prix de Conservatoire qui vous avait fait jouer dix ou quinze ans. Au théâtre, dans les salles, voire derrière les caméras, un peu partout. Est-ce qu’il vous fallait nourrir une famille ? Quoi? Que s’est-il passé? Peut-être n’étiez-vous pas assez célèbre pour faire vraiment carrière, mais de toute façon, quelle carrière ? Pour en arriver où ? A des songeries amères – malgré les grandes pièces interprétées avec brio et retenue: je pense à la mort de Raymond Avenière, qui fut pourtant Néron dans Britannicus – l’amant dans « Betrayal », de Harold Pinter. Et joua Vaclav Havel.

    Je ne connais pas tout le chapitre de l’abandon. Je ne connais rien de ce chapitre.

    Moi, j’ai vu simplement un homme qui ne ressemblait pas du tout aux autres hommes – un physique de pirate grec, espagnol, sicilien, mais qui n’était pas là pour me couper la bourse. Au contraire. Et depuis, nous lisons. Erasme. Montaigne. La Fontaine. Quelques lignes de Zoum Walter. Antoine Compagnon. Dante? Edgard Allan Poe? Quel est le sens profond de ces lectures? Quelle est l’interprétation de Lacan quant à la Lettre (volée 2 x) ? Etes-vous encore comédien? Que reste-t-il de votre ancien métier, quand vous faites une petite courbette, que vous saluez la petite vieille dame comme si elle était une impératrice, quand vous souriez aux enfants, à leurs mères… Et avec moi? Quel est-il? Comment se sent-il? Juste? Ou un peu comédien? Juste ce qu’il faut pour me mettre à l’aise, voire me faire rire.

    Me rendre à la vie avec un sourire de plus que lorsque je suis entrée?

    Il n’empêche. Vous êtes tous les deux dans un parcours de vie, moi, je suis une prof qui n’enseigne plus. J’aime la littérature. En sa compagnie, je relis. Entre nous, il y a le livre ! Objet magique. Aussi magique que la nourriture engouffrée lors d’une crise de boulimie. Entre vous, il y a l’auteur. Montaigne qui décide de passer le reste de son existence dans sa Tour, à méditer, lire, réfléchir, philosopher, et puis, cela ne suffit pas – si La Boétie existait encore, il lui écrirait. Mais il ne le peut pas. Alors, il écrit. Il écrit ses Essais. Pour des millions de Français. Dont il n’imagine pas qu’ils le liront un jour. Et il écrit même en moyen français – pas en latin, pour que les femmes puissent un jour le lire et lui en parler.

    Et lui, il a un projet – lire avec des personnes, et établir un contact avec elles à partir du livre.

    Jusqu’au jour où il est tombé sur vous. Où vous êtes tombée sur lui. Et donc, au moment où vous avez découvert son ancien métier, vous ne l’avez plus du tout vu de la même manière. Quel est-il? Que fait-il de ses soirées? Parfois, il va écouter une conférence – ou il s’endort en écoutant un interprète lire un auteur français. Comment fait-il faire faire vivre en harmonie ce qu’il est

    Comédien. Comédienne.

    Et ce qu’il fait…

    Voilà pour le moment, tout ce que vous pouvez dire au sujet du mot comédien, (féminin, comédienne)

    Il me semble qu’il y a beaucoup de questions. Ce sont sans nul doute des questionnements à la Pivoine Blanche. Et tout cela à partir d’un mot. Ceci dit, je ne sais pas si j’ai répondu à l’exercice…

Ecrire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s